Récit érotique Rencontre avec la reine des pipes

Il y a quelques semaines, je suis allée prendre mon petit-déjeuner dans un "fast-food" local, ce qui est la norme pour moi. Je suis divorcé et je vis seul et je ne vois pas l'intérêt d'acheter des œufs, du bacon, du pain, des saucisses et toutes ces choses, de prendre le temps de les préparer et de nettoyer après. Alors tire-moi dessus, je vais manger à l'extérieur pour le petit-déjeuner.

Bref, je suis arrivé, je suis entrée et bien sûr, il y a toujours des gens devant moi pour commander. La personne qui se trouvait immédiatement devant moi était une jeune femme vêtue d'un super jean et d'un de ces trucs extensibles en forme de tube, portant un sac à dos chargé. Quand elle a commandé, elle a commandé une tasse d'eau et un petit café. Alors, étant le gentil garçon que je suis, élevé à la campagne, je lui ai dit : "Ce n'est pas très nourrissant pour une jeune femme qui porte une charge comme toi, chérie." Elle s'est retournée et m'a regardé et je pouvais voir la détresse dans ses yeux, et sur son visage. J'ai commencé à m'excuser d'avoir interféré, mais elle a répondu en premier.

Elle a murmuré, "Je sais, mais je suis fauchée !" et une larme a coulé sur sa jolie joue.

J'ai dit : "Commande-toi quelque chose à manger ma petite dame, viens t'asseoir avec moi pendant que nous mangeons."

Elle a commandé et j'ai ajouté la mienne et j'ai tout payé. Quand c'était prêt, nous sommes allés nous asseoir pour manger. Alors que nous nous répartissions la nourriture sur le plateau, j'ai dit : "Laisse-moi commencer la conversation en te disant que je m'appelle Jeremy."

"Je m'appelle Lucie, Jeremy. Merci beaucoup pour tout ça. Je suis vraiment affamée !"

Nous avons commencé à manger. Mais laisse-moi te donner une idée de ce avec quoi nous travaillons ici. J'ai 37 ans, j'ai une pleine tête de cheveux bruns et j'ai les yeux bleus. Je suis plutôt en bonne forme, pour quelqu'un qui n'essaie pas vraiment de prendre soin de lui.

Lucie a la vingtaine, a probablement une poitrine bonnet C, et putain, un cul parfait, qui est bien arrondi et remplit parfaitement ses jeans. Elle a des cheveux châtain sable, des yeux bleus, un joli sourire, sur un joli visage moyen. Non, elle n'est pas une reine de beauté, mais elle est très belle et sexy !

Après quelques bouchées, Lucie dit : "Merci encore Jeremy. Cela fait quelques jours que je n'ai rien mangé. Alors j'apprécie vraiment cela !" Elle a pris une autre bouchée.

"Maintenant, comment se fait-il que tu n'aies pas mangé depuis quelques jours, jeune femme ?". J'ai demandé, en essayant de parler comme mon père l'aurait fait.

Les larmes ont coulé cette fois. Elle a posé sa nourriture, a baissé la tête et a pleuré pendant quelques minutes. Puis elle s'est ressaisie et a essuyé ses yeux avec une serviette, a levé les yeux vers moi et a dit : "Je me suis enfuie, Jeremy. J'ai conduit ma voiture jusqu'à ce que je n'aie plus d'essence, puis j'ai commencé à marcher."

Mari, petit ami, père, beau-père ?"

"Mari." Elle a pris une autre bouchée. "Il a juré de me tuer et de laisser mon corps aux coyotes. Je le crois." Elle a pris une autre bouchée.

"Ok, à quand remonte la dernière fois où tu as dormi, en sécurité et confortablement ? Pris un bain ?"

"Oh mon Dieu Jeremy, est-ce que je pue, vraiment ?"

"Non, non, tu ne sens pas, Lucie, je demande juste."

"Eh bien, je ne dors pas si je ne suis pas sûre d'être en sécurité, où que je sois. Un bain ? Eh bien, ça fait .... qu'aujourd'hui est mon troisième jour sans."

Nous avons bientôt fini de manger. J'ai mis la main dans ma poche arrière et j'ai sorti mon portefeuille. Lucie m'a regardé et a dit : "Non Jeremy. Tu es bien trop gentil. Mais je n'accepterai pas d'argent de ta part."

J'ai sorti mon permis de conduire et avec un léger rire, je le lui ai tendu en disant "Mémorise le nom, les caractéristiques et l'adresse Lucie".

"Ok, Jeremy, qu'est-ce que tu essaies de me dire monsieur ?"

"C'est pour ta propre tranquillité d'esprit Lucie. Je pense vraiment que tu es quelqu'un en qui je peux avoir confiance, alors je veux que tu viennes chez moi prendre un bain, dormir un peu et laver tes vêtements, pendant que je vais travailler."

"Jeremy ! Tu es fou ? Tu ne me connais pas, je ne te connais pas. Je pourrais cambrioler ta maison et être loin avant que tu ne rentres du travail !"

"Lucie, je n'ai que 37 ans, mais j'ai rencontré beaucoup de gens pendant ces années. J'ai fait des affaires avec une foule d'entre eux ! J'ai appris à lire les gens plutôt bien. De plus, ma femme a pris tout ce qui a de la valeur quand elle m'a quitté, alors le vol n'est pas un problème. Maintenant viens, je n'habite pas loin d'ici". J'ai dit en me levant de ma chaise.

"Tu es un homme étrange, Jeremy. Mais Dieu merci, tu es là ! J'ai besoin d'un bain et de dormir. Merci. Mais je doute de pouvoir te rembourser un jour pour tout cela." Elle a dit en me suivant hors de l'endroit.

Pendant que nous roulions, j'ai dit : "Lucie, où vas-tu ? Que vas-tu faire quand tu seras arrivée ?"

"Je vais aller chez moi. Là où se trouve mon papa. Il me protégera de ce stupide trou du cul."

J'ai réfléchi une minute, puis j'ai dit : "Lucie, veux-tu vraiment aller là-bas ? Papa ne peut pas te surveiller 24h/24 et 7j/7. Il doit dormir, travailler, aller aux toilettes. Et les autres membres de la famille ? Et ce ne sera pas le premier endroit où il te cherchera ? Dans la maison de ta famille ?"

"Oh mon Dieu Jeremy. Je n'avais même pas pensé à cela. Toute ma famille serait en danger. Ma petite sœur et mon petit frère, et ma maman ! Jeremy ! Qu'est-ce que je peux faire ?" Elle s'est remise à pleurer, juste au moment où nous avons tourné dans mon allée.

"Ce n'est pas grand-chose, mais c'est à moi et c'est chez moi. Tu es la bienvenue, et en sécurité, dans ma maison Lucie."

Nous sommes entrés et je lui ai montré où se trouve la salle de bain, où se trouve la deuxième chambre. J'ai dit : "Comme il n'y a jamais personne ici, je ne m'embête pas à faire mon lit très souvent. Tu peux dormir ici, c'est propre et confortable. Il y a de la nourriture et des boissons dans la cuisine. Et ici, juste à côté de la cuisine, se trouve la buanderie avec tous les savons, les produits de blanchiment et les trucs dont tu as besoin. Je te suggère de laver tes vêtements pendant que tu te baignes, puis de les sécher pendant que tu dors. Je serai de retour vers midi. Maintenant, si tu décides que tu dois me voler, laisse l'horloge artisanale ici. Je l'ai gagnée dans un concours et c'est tout ce qu'elle m'a laissé quand elle est partie."

Elle a ri et m'a donné un léger coup de poing dans la poitrine. "Idiot ! Va travailler. Je vais m'en sortir. Et Jeremy, je te promets monsieur, que je serai là quand tu rentreras à la maison, peu importe quand. OK ?"

"Ferme les portes à clé et ne réponds à personne, et je le pense vraiment, à personne ! Compris ?" Je me suis retourné, je suis sorti et je suis allé travailler.

J'ai été élevée à la campagne, dans une ferme. Mais j'ai toujours travaillé sur des choses. C'est donc tout naturellement que je suis allé à l'école technique de mécanique automobile, puis j'ai déménagé en ville et j'ai ouvert mon propre atelier. C'est un atelier d'assez bonne taille. Bien sûr, je le dirige tous les jours mais j'ai un assistant manager. Il est avec moi depuis longtemps, alors je lui fais confiance. Tout ce que je fais, la plupart du temps maintenant en tout cas, c'est rédiger des devis, commander des pièces, collecter de l'argent, aider un mécanicien de temps en temps, ce genre de choses. Bref, à l'heure du déjeuner, j'ai dit à mon assistant de prendre le relais et que j'allais m'occuper de quelque chose de personnel.

Je suis arrivé à la maison vers 12h30. J'utilise toujours la porte de la cuisine pour entrer dans la maison. C'est la plus proche de l'allée. J'ai ouvert la porte et suis entré, j'ai regardé autour de moi, je suis allé dans le salon, j'ai regardé autour de moi et je me suis dit : "Maudit soit son beau petit cul ! Je devrais juste donner un bon coup de pied à ce magnifique cul !". Bon sang, elle avait nettoyé et redressé toute la maudite maison. Je suis donc allé dans la chambre d'amis. Elle était vide et le lit n'avait pas été couché. Elle a dû sauter. Je suis allée dans la buanderie et le sèche-linge était plein de ses vêtements. Je les ai sortis. J'ai vérifié la machine à laver. Il y avait les draps de mon lit dedans ! Merde ! "Elle s'est endormie dans la baignoire et maintenant elle a des problèmes !". J'ai pensé. Je me suis précipitée dans la salle de bain. Vide et sans tache ! Il ne reste qu'une seule place. J'ai lentement ouvert la porte de ma chambre. OH MON DIEU !!! J'ai pensé. Elle était dans mon lit et le drap était descendu et avait découvert ses jolis seins ! J'ai fermé la porte et j'ai frappé.

"Juste une seconde Jeremy !" Elle a crié. Puis elle a ouvert la porte, portant un de mes tee-shirts. Je n'ai pas pu bouger. Je suis resté là, bouche bée devant elle. Elle a tendu la main et m'a repoussé contre le mur de l'entrée. Elle a souri et a dit : "Jeremy, mon Dieu, tu n'as jamais vu une femme en tee-shirt ?".

J'avais juste envie de l'attraper et de la dévorer tout entière ! Elle était une déesse ! Mais je ne pouvais pas bouger. Finalement, j'ai dit : "Je me suis arrêté en rentrant à la maison et je nous ai pris un sandwich au sous-marin et des chips, j'espère que tu pourras en manger un !".

Je suis d'abord allé dans la cuisine. Je ne pouvais pas marcher derrière ce cul si sexy ! Je l'enculerais sans hésiter ! Elle est entrée et s'est assise et j'ai sorti les sandwichs du sac et lui en ai donné un et des chips et je lui ai pris une boisson gazeuse dans le frigo, puis je me suis assise en face d'elle à la table avec les miens. Au moins maintenant, j'aurais le plateau de la table entre son corps et mes yeux !

"Tu sais que je devrais te botter les fesses, n'est-ce pas ?". Je lui ai demandé, en baissant les yeux sur mon sandwich.

"C'est à cause de Jeremy ? Te taquiner ?" Elle a répondu en souriant.

"NON, tu as passé beaucoup de temps à nettoyer et à remettre de l'ordre ici alors que tu étais censé dormir !".

"Oh, ça. Cela n'a pris que quelques minutes. Je te devais bien ça Jeremy. Et bien plus encore. Tu veux en récupérer une partie ?"

Ma tête s'est levée à ce moment-là et je l'ai regardée. Ma bouche ne voulait pas fonctionner. Il n'y avait rien au monde que je voulais plus que d'aimer cette petite dame ! Dans chaque pièce, sur chaque meuble ! Et dans chaque mètre carré d'espace au sol ! Mais ce que ma bouche a dit quand elle a enfin parlé, c'est que j'avais sorti ses vêtements du sèche-linge pour elle.

Elle a souri et a continué à manger.

"J'ai pensé à toi toute la matinée Lucie".

Elle a souri et a baissé les yeux sur son corps. J'ai dit : "NON, pas comme ça !"

"Oh, tu penses m'avoir cernée, hein ?"

"Non, je ne perdrai jamais mon temps à essayer de comprendre les femmes. Trop compliqué. Bref, j'ai réfléchi à ce que nous devons faire pour te protéger. Mais pour compléter mon plan, j'ai besoin de savoir d'où tu viens et où vit ton papa."

Elle m'a dit où vit son "mari" et où vivent son papa et sa famille. Elle a dit : "J'espère que tu trouveras un moyen de les contacter et de leur faire savoir que je vais bien et tout !".

"Oh, nous trouverons bien quelque chose, chérie. Avais-tu un travail là-bas ? Quelqu'un va-t-il signaler ta disparition ?"

"Probablement ma voisine et meilleure amie ... je vais lui manquer et elle va trouver une solution. Elle a été témoin de beaucoup de ses abus. Elle et moi étions très proches. Elle signalera ma disparition. Est-ce une bonne chose ?"

"Je pense que oui, car les flics commenceront leurs recherches par ta maison. Puis ils appelleront tes parents. Comme tu es partie depuis quoi ... trois jours ? Ils sont peut-être déjà à ta recherche !"

Nous sommes restés silencieux pendant une minute et je suis restée assise à la regarder... non, à la dévorer des yeux. Je me suis levé, j'ai fait un pas autour de la table et je me suis mis à genoux devant elle. "Que fais-tu Jeremy ?"

"Lucie, je veux te goûter, chérie, je veux goûter ton miel. Je veux te sentir sur ma langue et mes lèvres. S'il te plaît chérie. Et je veux que ce soit parce que tu veux le faire, pas pour te venger de quoi que ce soit. Tu es tellement belle, je dois t'avoir, chérie !".

"Eh bien, je te l'ai proposé il y a quelques minutes Jeremy ! Je le veux aussi chéri. Mais je veux aussi sentir ta queue en moi ! Est-ce que ça importe vraiment de savoir pourquoi on le fait, du moment qu'on le fait ? J'ai besoin d'une bonne baise Jeremy ! Et de toute évidence, toi aussi !" Elle a remonté son tee-shirt et a fait glisser ses fesses jusqu'au bord de la chaise et m'a regardé en disant : "S'il te plaît Jeremy, fais en sorte que je me sente bien d'être à nouveau une femme. Fais-moi jouir, chéri ! Fais-moi jouir pour toi !"

J'ai embrassé son genou et j'ai commencé à lécher le haut de sa cuisse, puis l'autre, le haut de la première, en léchant et en embrassant et quand je suis arrivé à ce merveilleux 'Y', elle a attrapé une main pleine de mes cheveux et m'a tiré vers sa chatte humide, chaude et odorante. J'ai glissé ma langue et l'ai laissée caresser les lèvres extérieures pour elle et elle a commencé à remuer son cul et à gémir. J'ai passé la main autour de ses hanches et j'ai pris ses joues de cul dans chaque main et je l'ai serrée contre mon visage et j'ai enfoui mon visage dans sa chatte. J'ai sucé ses lèvres, son clito, je les ai mordus, grignotés, tout ce que je pouvais penser à faire, je le lui ai fait. Elle était partout sur la chaise avec ses mouvements de cul. J'ai aimé sa chatte. J'ai fait l'amour à sa chatte. J'ai fait en sorte que sa chatte m'aime !

Elle a commencé à gémir de plus en plus fort et puis elle a commencé à crier "Oh Jeremy ... Jeremy ... Oh bébé ....yes chérie... fais-le moi bien... J'aime comment tu me fais sentir chérie ! Oh gawd bébé ne t'arrête pas... J'y arrive oh putain ... oui bébé suce-moi fort chéri ! Mords-moi oh gawd fais-moi mal à la chatte chérie !!!". Puis elle jouissait, fort et longtemps et criait à quel point elle aimait ça ! "Oh oui bébé, j'adore ça ! J'aime ta langue ... baise-moi avec ta langue chérie .... Ohhhhhhh yyyyyseeesssss !!!!"

J'ai léché sa chatte jusqu'à ce qu'elle arrête de bouger, puis je me suis relevé et je l'ai regardée. Sa tête était en arrière sur le dossier de la chaise et sa bouche était ouverte, sa poitrine se soulevait à cause de sa respiration difficile. Je me suis rassise sur ma chaise et j'ai attendu qu'elle se calme.

Bientôt, sa tête s'est relevée et elle m'a souri en disant : "Oh Jeremy, tu as fait ça si bien ! Je n'ai pas été léchée avec autant d'enthousiasme depuis que j'étais à l'université ! Merci bébé ! Merci !"

Elle est restée assise pendant une minute de plus, puis elle s'est levée et a dit : "Ok mon amour, à ton tour maintenant de recevoir la fellation de ta vie ! Je dois te prévenir, ma bouche est une machine à sucer enregistrée et mortelle !". Elle s'est mise à rire.

"Eh bien, allume cette suceuse, bébé ! Donne-moi une démonstration de sa puissance impressionnante !" J'ai dit en riant.

Elle s'est mise à genoux devant moi, a défait les boutons de mon pantalon et l'a retiré de moi, puis elle a retiré mon boxer aussi. Ma queue était au garde-à-vous pour elle. "Ummm ça a l'air tellement bien Jeremy. Je crois que j'en veux la totalité !!!"

"Eh bien prends tout ce que tu veux bébé, mais mange tout ce que tu prends !!" J'ai dit avec un sourire. Le sexe est amusant si tu le fais comme ça.

Elle s'est penchée et a léché mes couilles et ma queue de la base à la pointe, puis a fait le tour de la tête avec sa langue. Elle a ouvert la bouche et sa tête est descendue et elle ne s'est pas arrêtée jusqu'à ce que ses lèvres soient dans mes poils pubiens ! J'ai crié "Oh mon putain de dieu ! Fais-le bébé !!!"

Elle s'est relevée de ma queue et a dit "Ma première année de fac, j'étais la reine de la pipe ! J'étais la meilleure du campus ! Puis j'ai grandi et j'ai su que ce n'était plus si cool !" Puis elle s'est remise à travailler sur ma queue dure. Je savais juste qu'elle allait sucer mes couilles à travers ma queue ! Elle était géniale avec sa succion. Bien sûr, toutes les deux ou trois fois qu'elle descendait, elle descendait à fond et je pouvais sentir chaque fibre de sa gorge, chaque veine, chaque muscle ou tout ce qui se trouve dans ta gorge. C'était la meilleure, sans aucun doute, LA MEILLEURE fellation que j'ai jamais eue ! Il ne lui a fallu que quelques minutes pour me faire jouir. Je l'ai prévenue que ça allait venir et elle n'a jamais ralenti. À la première impulsion, elle a enfoncé sa bouche à fond sur ma bite et est restée là jusqu'à ce que j'aie fini de jouir. Elle était la MEILLEURE !

Je suis retombé contre le dossier de la chaise et je suis resté allongé là .... vidé... aspiré à sec ! Jeez comme elle est bonne !!!

Elle s'est relevée, s'est assise sur sa chaise et a souri. Quand j'ai été assez fort pour bouger à nouveau, j'ai pris sa main et l'ai emmenée dans la chambre. Nous sommes tombées sur le lit et avons commencé à nous embrasser, à nous blottir et à nous embrasser encore. J'ai sucé ses seins et grignoté ses tétons et elle a grignoté les miens. Elle savait très bien comment aimer un homme. Elle était vraiment chaude et moi aussi !!! Je voulais voir si sa chatte était aussi bonne que sa bouche ! J'ai continué à embrasser son corps fantastique jusqu'à ce que j'arrive à ce glorieux "Y", puis je me suis déplacé et j'ai embrassé et léché une jambe jusqu'à ses orteils, que j'ai sucé individuellement, en gardant le gros orteil pour la fin. Quand je l'ai sucé dans ma bouche, elle a commencé à gémir et à se frotter au lit et elle a gémi : "Oh mon dieu Jeremy !!! Qu'est-ce que tu essaies de faire, me donner une crise cardiaque ? C'est tellement bon, putain, bébé ! Personne n'a jamais touché mes pieds de cette façon. Oh Jeremy, s'il te plaît, suce mes orteils. J'adore ça ! C'est tellement bon bébé !!"

J'ai tendu le bras pour attraper son autre pied et je suis passé rapidement de l'un à l'autre en commençant par le petit orteil et en remontant vers le gros. Elle tremblait vraiment sur le lit maintenant. Sa tête se balançait d'un côté à l'autre et ses gémissements étaient de plus en plus forts et constants. J'ai passé ma langue sur tout son gros orteil, puis je l'ai aspiré dans ma bouche et je l'ai sucé fort. "Oh gawd Jeremy, oh oui oui merveilleux !!! Elle était de plus en plus faible avec ses cris maintenant.

J'ai embrassé et léché l'autre jambe jusqu'à ce que je retrouve ce merveilleux 'Y', puis j'ai écarté ses jambes et j'ai léché le drap du lit sur ses fesses, jusqu'au sommet du monticule de sa chatte avec le plat de ma langue.

Elle a commencé à se soulever pour essayer de mettre mon visage plus en contact avec son monticule. J'ai glissé mes deux mains sous son cul et l'ai poussée jusqu'à mon visage et j'ai glissé ma langue à l'intérieur d'elle aussi loin que je pouvais l'étirer.

YES!!!!!!Yeeesssssss !!! Ohhhhh Fuuccckkkkkk !!! Jer........ohhhhh ohhhhh gooddd baby !!!!

J'ai aspiré son clito dans ma bouche et j'en ai effleuré le bout avec la pointe de ma langue. Elle a encore crié.

J'ai soulevé son cul et collé ma langue contre son trou du cul et elle a crié "Oh gawd Jeremy.....I'mm cuuuuummminggggggg !!!! Ohhhhh Jerrrrr.......Ohhhhh son soooooo gooddddddd !".

J'ai léché légèrement son trou du cul, sa chatte et son clito, jusqu'à ce qu'elle puisse à nouveau respirer. Puis je me suis levé et j'ai regardé son doux et beau visage à l'horizon de son beau corps. Elle était une déesse pour moi. Je la garderais satisfaite aussi longtemps qu'elle me le permettrait.

Bientôt, sa tête s'est levée et elle m'a souri et a dit : "Jeremy, je ne me souviens pas avoir eu un orgasme aussi fort ! C'était tellement intense, chéri ! Où as-tu appris tous ces trucs ?"

"Je suis fier de dire, chérie, que je suis autodidacte ! J'espère que cela t'a satisfait ?" J'ai dit, en plaisantant et en lui souriant.

"Oh chérie ! 'Satisfaisant' est loin de décrire l'orgasme que tu viens de me donner !

"Eh bien, chérie, (j'ai commencé à ramper sur son corps) j'espère juste que je peux te satisfaire tout aussi bien avec cette queue dure ! Si je peux le faire, alors tu dois t'installer ici et rester !". J'ai dit avec un grand sourire sur le visage.

"Eh bien, Jeremy, si tu peux faire ça deux fois de suite, ..... Je vais chercher un travail et te garder comme esclave sexuel, chéri !"

Nous avons tous les deux rigolé alors qu'elle prenait ma queue dans sa main et la guidait tandis que je m'abaissais lentement dans son canal de plaisir merveilleusement chaud. Oh mon Dieu, c'était chaud et si confortable, et putain ! TELLEMENT humide ! C'était comme aucune autre chatte dans laquelle j'étais entré. Je ne peux pas détailler la sensation, c'était juste différent. Et dès l'instant où je suis entré en elle, sa chatte a commencé à masser ma queue ! Je risque de jouir avant même d'avoir bougé en elle ! La sensation était tellement incroyable ! J'étais sur mes coudes et j'ai pris sa tête dans mes mains, j'ai tiré son visage vers moi et mes lèvres ont fait l'amour à ses lèvres. Je n'ai jamais été aussi excité, satisfait, et je n'ai jamais ressenti autant de choses de toute ma vie. C'était la femme la plus incroyable que j'avais jamais rencontrée.

Nous avons commencé à bouger lentement, en faisant entrer et sortir ma queue de sa chatte, en laissant juste la tête à l'intérieur, en allant lentement et en savourant l'intensité des sensations que je ressentais dans sa chatte. Elle se bousculait fort contre moi maintenant, essayant de me faire aller plus vite, plus profond et plus fort. Mais je voulais savourer l'amour de cette femme incroyable aussi longtemps que possible.

Elle a passé la main par-dessus ma jambe et a plongé ses doigts dans sa chatte très mouillée, puis a commencé à frotter un cercle autour de mon trou du cul. Je ne pouvais pas supporter ça ! Elle n'essayait pas de pénétrer à l'intérieur, juste de titiller l'anneau extérieur. Elle savait ce qu'elle faisait ! Soudain, ses jambes se sont relevées et ses talons ont claqué dans mon dos et elle a crié "MAINTENANT !!!!. FUCK me now Jeremy !!! HARD bébé !!!! Mon Dieu, j'adore que tu me baises !!! J'aime ta putain de bite !!! J'aime tout de toi, bon sang, baise-moi Jeremy, j'ai envie de te baiser !!!!!!!!!"

Je n'en pouvais plus et j'ai fait exploser ma charge dans son corps en le plaquant contre le sien en allant aussi profond que possible ! Je n'ai rien lâché et sa chatte m'a littéralement vidé.

J'ai attiré son visage vers le mien et je l'ai embrassée à nouveau en disant : "Tu es la meilleure du monde, bébé !".

Puis je me suis effondré sur elle et j'ai roulé sur le côté. Je pense qu'aucun de nous n'a bougé pendant les deux heures suivantes. Nous nous sommes immédiatement endormis. Épuisés.

Elle s'est réveillée la première, puis m'a réveillé et m'a embrassé en disant "Merci Jeremy, vraiment beaucoup pour ça ! Je ne me souviens pas d'avoir jamais été aussi ravie d'être faite l'amour que je l'ai été aujourd'hui !".

"Ma chérie, je peux dire la même chose ! Tu es la femme la plus incroyable que j'aie jamais connue !"

Nous nous sommes serrés dans les bras et embrassés pendant quelques minutes, puis elle a dit : "Je crois que nous devrions prendre une douche et nous habiller. La journée est presque terminée maintenant !"

Nous nous sommes douchées et habillées et je l'ai emmenée manger. J'étais plus que fière d'avoir cette charmante dame à mon bras, mangeant avec moi, riant de ma tentative idiote d'être drôle. C'était un tel plaisir d'être avec elle !

Lorsque nous avons fini de manger, nous n'étions qu'à quelques pâtés de maisons du centre commercial, alors nous nous y sommes arrêtés pour "évacuer la bonne nourriture que nous venions d'ingurgiter" comme si nous étions affamés ! Alors que nous nous promenions et faisions du lèche-vitrine, nous sommes passés devant Victoria's Secret et elle a dit "Ahhh !!! Mon magasin préféré de tous les temps !"

J'ai donc pris son coude et l'ai guidée dans le magasin. Elle a chuchoté : "Nous ne pouvons rien acheter maintenant. Je dois voyager léger, et en plus, je n'ai pas d'argent et pas de carte de crédit !".

Une petite dame très fine s'est approchée et a demandé si elle pouvait nous aider et Lucie a répondu : "Non chérie, nous ne faisons que regarder."

J'ai fait un pas en arrière et j'ai commencé à hocher la tête 'oui' et la vendeuse m'a vue, a souri et a commencé sa petite routine. "Eh bien, madame, laissez-moi vous montrer quelque chose qui, je pense, vous irait à merveille ! J'en veux tellement, mais je ne pense pas que ça m'irait si bien que ça !" Elle s'est arrêtée à environ trois étalages plus loin et a retiré cette petite chose de l'étagère (je vais essayer de te la décrire, elle était transparente, pas très longue... elle couvrait probablement ses seins et pendait encore une dizaine de centimètres, et l'ourlet du bas avait l'air d'être en fourrure. Il était d'une très jolie couleur violette.) Elle l'a tenu et bien sûr, il pendait des épaules et ne couvrait presque rien. Puis elle a laissé Lucie le tenir et a sorti la culotte de l'étagère et elle avait trois trous pour les jambes..... no wait..... C'était des culottes 'sans entrejambe' ! Faite de la même matière, mais bordée d'une très belle dentelle autour des jambes et de la taille.

Je devais avoir les yeux exorbités car elles ont toutes les deux commencé à se moquer de moi. J'ai dit : "Tu peux l'avoir, mais tu ne peux la porter que si tu m'attaches d'abord !". Elles ont toutes les deux ri à ce moment-là !

Lucie a dit : "Chérie, c'est magnifique et c'est sacrément sexy, mais je n'ai pas le corps pour ça !".

Hélène (sur son badge) a dit : "Oh si, tu l'as aussi madame. Tu as un corps magnifique ! J'aimerais être aussi belle que toi !" Puis elle a rougi et a regardé le sol pendant quelques secondes.

Lucie a chuchoté : "Eh bien, je vais te dire Hélène, prenons-en deux dans la cabine d'essayage, essayons-les et voyons qui est la plus belle !".

Hélène a tiré un autre ensemble de l'étagère et elles sont allées dans les cabines d'essayage, me laissant là au milieu de tout ce sex-wear sexy ..... comment l'appelles-tu ? J'ai donc reculé doucement vers les cabines d'essayage aussi. Je ne me suis pas trop approchée, car on ne sait pas ce qu'on peut entendre des cabines d'essayage !

Ils sont partis pendant 5, peut-être 7 bonnes minutes. Quand elles sont sorties, Hélène rougissait un peu. J'ai un peu gloussé et j'ai dit : "Eh bien, qui a gagné ? Qui est la plus sexy dans ces trucs ?".

Hélène a regardé Lucie qui s'est penchée vers moi et a dit : "Peux-tu supporter un peu de compagnie ce soir ?"

J'étais choquée ! J'ai fait un pas en arrière et ma bouche s'est ouverte, je l'ai regardée, puis Hélène et j'ai lâché "Oui, quand tu veux !".

Nous avons fureté un peu plus dans le magasin et ensuite elle a dit à Hélène de les remettre en place, et j'ai dit "Quoi, tu n'aimes pas ?".

"Oh, j'adore, Jeremy ! Mais tu connais ma situation !"

"Eh bien, Hélène, nous allons le prendre." Puis je me suis approché d'Hélène et j'ai dit "Je suppose que tu es la compagnie pour ce soir ?".

"Oui monsieur, je pense que oui. Si vous voulez tous que je le sois !" Elle a dit très calmement.

J'ai dit : "OK, mets les deux dans le sac alors Hélène. Tu pourras récupérer les tiens chez moi ce soir." Elle a fait un grand sourire et a dit "Oui monsieur !".

Pendant que nous payions, j'ai écrit mon adresse sur un morceau de papier que je lui ai tendu et j'ai dit "Quand tu peux y aller chérie, ça nous va !".

Nous avons pris nos achats et sommes partis pour rentrer à la maison. Il ne restait plus qu'une heure avant la fermeture du centre commercial de toute façon.

Nous sommes arrivés à la maison et j'ai préparé un café frais. J'ai cherché et trouvé quelques snacks et nous nous sommes assis pour regarder la télé afin de passer le temps jusqu'à l'arrivée de Hélène. Lorsque nous nous sommes assis, Lucie a dit "Jeremy, je suis vraiment désolée. Je sais que j'ai eu tort. Mais j'espère que cette soirée se terminera bien pour toi. J'ai dépassé mes limites et je m'excuse sincèrement."

"Lucie, de quoi parles-tu ?"

"Je parle du fait d'avoir invité une femme étrange chez toi sans te consulter au préalable !"

"Oh ça. Oh ce n'est rien chérie. Oublie ça ! Mais comment en es-tu arrivé à faire ça de toute façon ?"

"Oh Jeremy, tu ne me connais pas, je suis désolée, vraiment désolée. Mais depuis que je suis à l'université, je m'amuse, de temps en temps, avec des filles. Elles sont amusantes, c'est excitant, et le sexe est fantastique aussi. Mais j'ai oublié que tu ne le savais pas. Jeremy, quand nous sommes allés dans le vestiaire et que nous avons enlevé nos vêtements, nous nous sommes regardés et nous semblions savoir ... nous nous sommes embrassés, puis nous nous sommes tripotés pendant une minute et ensuite nous nous sommes doigtés pendant quelques minutes. C'est alors que je lui ai dit de venir ici. Oh Jeremy, je veux goûter à sa chatte ! Et je sais que toi aussi ! Elle est aussi chaude que possible ! !! Et elle a une longue langue aussi ! Merde, j'ai adoré sa langue ! Mais elle te donnera aussi tout ce que tu veux bébé. Tu ne seras pas juste un spectateur, je te le promets ! Je doute que tout ce qu'elle peut faire soit à la hauteur de ce que tu m'as fait tout à l'heure, mais chéri, les filles sont aussi amusantes à fréquenter. En plus, si tu lui fais aussi bien que tu m'as fait, elle sera à toi pour la suite ! Bon sang, c'était bon. Tu es tellement bon Jeremy. J'ai tellement de chance d'être tombée sur toi au petit-déjeuner. Tu m'as peut-être sauvé la vie Jeremy. Je te dois beaucoup ! Je n'oublierai jamais ce que tu as fait pour moi. Tu es une personne merveilleuse, chérie !"

Je l'ai serrée dans mes bras, je l'ai embrassée tendrement et je me suis blotti contre elle pendant que nous regardions la télévision. Cela faisait du bien d'avoir une bonne femme dans ma maison, pour changer.

Nous nous sommes assis et avons regardé la télé pendant quelques minutes de plus, puis je lui ai dit : "Je pense avoir quelques idées sur ce que nous devons faire pour assurer ta sécurité. As-tu un voisin à la maison que tu connais bien et en qui tu as confiance ?".

"Oh oui, il y a un couple de voisins, Tracy et Blanch, qui ont quelques années de plus que maman et papa. Ils nous ont en quelque sorte adoptés comme faisant partie de leur famille lorsque nous avons emménagé là-bas. Nous avions l'habitude de dîner ensemble sur le patio de la maison de l'un ou l'autre et de nous asseoir et de parler tout le temps. Ce sont des gens formidables et la dernière fois que j'ai parlé à maman, ils mangeaient encore tout le temps des dîners ensemble. Nous étions comme une grande famille vivant dans deux maisons. Je leur ferais confiance pour n'importe quoi, Jeremy."

"Bien, sais-tu s'il a déjà été dans l'armée ?"

"Je ne sais pas ce que cela peut avoir à faire avec nous, mais oui, il l'était, un Ranger je crois."

"Bien sûr, tu te souviens aussi du numéro de téléphone, j'espère." J'ai dit en riant.

"Oh oui, c'était ancré dans nos souvenirs d'enfants. Si nos parents ne répondaient pas, il était automatique que nous les appelions ensuite.

J'ai composé le numéro et Blanch a répondu. J'ai demandé Tracy et j'ai demandé si c'était la Tracy qui était dans les Rangers de l'armée il y a quelques années. Elle a répondu que oui, c'était lui et j'ai demandé à lui parler, s'il te plaît.

Tracy a répondu au téléphone et j'ai dit "Bonjour Ranger. C'est un exercice pour voir si tu l'as toujours. Je m'appelle Jeremy. Maintenant réfléchis, est-ce qu'une voiture étrange a traîné dans ton quartier ces deux derniers jours ?".

"Oui, il y en a eu une, assez suspecte aussi. Tu les connais, Jeremy ? Et je ne me souviens pas d'un Jeremy. Avons-nous servi ensemble ?"

"Tracy, tu es un Ranger. Le CO t'a toujours tout dit ? Maintenant, voici ce que je veux que tu fasses Ranger. Je veux que tu dises à Blanch d'appeler la police et de signaler une voiture suspecte qui traîne dans le quartier, puis je veux que tu ailles calmement chez Lucie et que tu dises à son père qu'un vieux copain de l'armée va l'appeler dans exactement 10 minutes et qu'il doit faire tout ce que je dis. Tu as compris, Ranger ?"

"Oui monsieur, dis-moi juste qu'elle va bien, je t'en supplie".

"Elle va bien, dis bonjour à Lucie."

Lucie s'est penchée vers moi et a dit : "Bonjour M. Tracy ! Tu me manques !"

Tracy a répondu : "C'est assez bon pour moi. Dans dix minutes à partir de maintenant ! Au revoir monsieur."

J'ai raccroché le téléphone et Lucie m'a serré dans ses bras et m'a dit "Tu as dû être un Ranger aussi."

"Non, je ne suis jamais allé aussi loin. Mais j'étais un soldat et je sais comment ils fonctionnent."

Un coup à la porte a interrompu notre baiser et je me suis levée pour aller ouvrir. Hélène se tenait là, l'air si délicieux ! Je l'ai invitée à entrer et lui ai demandé de s'asseoir sur le canapé avec nous et lui ai offert une tasse de café. Elle s'est assise à côté de Lucie et je suis allée à la cuisine chercher trois tasses de café et je suis revenue dans le salon. Lucie était en larmes et racontait à Hélène ce qui se passait.

Lorsqu'elle a terminé, j'ai regardé ma montre et j'ai dit "Lucie, c'est l'heure chérie".

Elle a séché ses larmes et m'a tendu le téléphone en disant "Le nom de mon père est Eric et ma mère est Evelyn.

Elle m'a donné le numéro et je l'ai composé et Eric a répondu avant que la sonnerie ne s'arrête.

J'ai dit "Eric, c'est Jeremy Lockard, tu te souviens peut-être de moi de l'AIT et de notre tournée en Allemagne."

"Oh oui ! Je me souviens de toi Jeremy ! C'est si bon d'avoir des nouvelles de toi ! Où vis-tu maintenant ?"

"Dans un petit bled paumé près d'Atlanta, en Géorgie. Mais la raison pour laquelle j'appelle Eric, à cette heure-ci, c'est que je suis tombé sur un de nos amis ce matin au petit-déjeuner et nous avons discuté et ton nom est apparu et j'ai pensé t'appeler pour voir comment tu allais. Oh, et voyons si tu as une bonne mémoire. C'était une fille civile, cheveux châtain clair, yeux bleus, environ 5'5″ 125 livres, grand sourire, beau cul rond, a dit que tu pinçais toujours son cul."

Son père était intelligent ! "Bien sûr que je me souviens de ce cul ! Bon sang, il était beau ! Voyons voir, elle s'appelait Monica, n'est-ce pas ?"

"Oui, c'est elle ! D'ailleurs, j'ai dîné avec elle ce soir et elle est venue boire un verre. Mec, elle est aussi belle qu'à l'époque ! Mais elle est ici pour chercher un emploi. Bref, je me suis dit que j'allais appeler pour voir comment tu allais et te dire comment je vais et comment elle va. Elle a dit que si elle ne trouvait pas de travail ici, elle pourrait toujours venir et te laisser la mettre au travail ! Bien sûr, elle sait que tu es mariée maintenant, alors je pense qu'elle plaisantait à ce sujet !".

"Ouais, mec, j'ai assez de problèmes ici, dis-lui de ne pas venir ici !" Il a répondu.

"Ok partenaire. Écoute, je te donne mon numéro et si tu entends parler de quelque chose de bien pour un emploi de massothérapeute, tu peux m'appeler."

"Bien sûr, je peux faire ça ! Merci de m'avoir appelé Jeremy, j'ai ton numéro sur l'afficheur, et il faudra qu'on se retrouve un jour pendant nos vacances pour boire un verre et parler du bon vieux temps."

"Oui, faisons ça Eric ! Prends soin de toi et nous nous reparlerons bientôt ! Au revoir maintenant !"

J'ai raccroché le téléphone et Lucie m'a regardé pendant une minute puis a dit : "Maintenant, comment mon père était-il censé savoir que tu parlais de moi ? Tout ce que tu as dit était une description de moi et de mon cul !".

"Oh tu penses que ton papa ne sait pas à quoi ressemble ton cul ? Allez, c'est un homme ! En plus, il savait que j'allais appeler à ton sujet. Alors j'aurais pu décrire une tortue et cela n'aurait rien changé. Mais papa sait que sa petite fille est en sécurité et qu'elle se trouve juste à l'extérieur d'Atlanta. Il a l'identification de l'appelant, donc il a ton numéro, mais tu ne peux pas utiliser le téléphone ou répondre au téléphone tant que nous ne connaissons pas la disposition, et ton papa a aussi dit qu'il y a des problèmes là-bas et que tu ne peux pas encore rentrer à la maison !".

"Oui monsieur Capitaine !"

J'ai attrapé son bras alors qu'elle me saluait, je l'ai tirée sur mes genoux et j'ai rapidement donné une fessée à son magnifique cul.

Les yeux de Hélène sont devenus gros comme des soucoupes quand j'ai commencé à donner la fessée à Lucie et Lucie a beaucoup crié mais la façon dont son cul s'est levé pour répondre aux coups, m'a montré qu'elle aimait ça. Après quelques léchages, j'ai dit : "Enlève ce jean ma fille, tu as besoin d'une bonne fessée ! Tu as été très vilaine aujourd'hui !"

Lucie a presque sauté de mes genoux et a enlevé son jean d'un coup sec avant de se rallonger sur mes genoux. Les yeux de Hélène étaient encore grands et sa bouche ouverte et elle n'avait pas encore parlé. J'ai frotté le cul de Lucie pendant quelques secondes puis je lui ai donné une bonne fessée, sur tout le cul. Elle a gémi, gémi et pleurniché un peu et son cul a beaucoup sauté, mais elle ne m'a jamais dit d'arrêter. Hélène a commencé à respirer vite et fort et je me suis dit qu'elle commençait à avoir chaud maintenant. J'ai arrêté de donner la fessée à Lucie et j'ai beaucoup frotté son cul, caressé est le terme plus correct, je suppose. Elle a écarté un peu les jambes et j'ai caressé entre elles et elle a gémi et gémi et son corps a un peu tremblé. Elle a murmuré "Oh mon Dieu, ça fait tellement de bien, Jeremy !".

J'ai poussé sur son épaule et elle s'est levée, son visage était rouge et elle avait quelques larmes dans les yeux, mais elle était chaude. Sa culotte le montrait très clairement !

J'ai regardé Hélène et j'ai dit : "Tu as été une très vilaine fille aussi, alors viens ici et enlève ce pantalon.

"Non, s'il te plaît Jeremy. Personne ne m'a jamais donné de fessée depuis que je suis toute petite. Je ne veux pas être blessée, je veux juste être aimée, comme nous avons commencé aujourd'hui, s'il te plaît !". Mais elle se déplaçait près de moi et enlevait son pantalon en même temps.

Elle a baissé son pantalon et j'ai dit : "La culotte aussi bébé !"

"Mais elle avait sa culotte !" Elle a protesté.

"Eh bien, je veux que ton cul soit nu bébé, alors enlève-la et allonge-toi ici sur mes genoux. Vite maintenant !"

Elle a baissé sa petite culotte noire en dentelle et nous a montré sa chatte rasée et son petit tatouage de papillon juste au-dessus de son monticule avant de s'allonger sur mes genoux. J'ai caressé son cul et elle a écarté les jambes. J'ai fait glisser mes doigts sur sa chatte humide et j'ai appuyé sur le capuchon de son clito. Elle a tremblé un peu et gémi puis je lui ai donné une fessée et elle a crié et hurlé "Ça fait mal ! S'il te plaît Jeremy ! S'il te plaît Lucie ! Ça fait tellement mal !"

Mais j'ai continué à lui donner des fessées et bientôt, elle levait son cul pour aller à la rencontre des léchouilles. Je me suis alors arrêté et j'ai frotté un peu son cul et j'ai glissé un doigt vers le bas et dans sa chatte humide. Elle a juste gémi "Oui" très doucement.

Lucie a saisi mon poignet et l'a retiré et m'a souri en baissant son visage vers le cul de Hélène et en le léchant au milieu. Hélène a crié "Oh mon Dieu OUI !!! Fais-le !" J'ai passé la main sous elle et j'ai saisi son sein gauche et j'ai commencé à le masser. J'ai trouvé le téton et je l'ai pincé et je l'ai fait rouler entre mes doigts et j'ai pincé et tiré dessus. Hélène devenait folle de nous !

"Oui, oui s'il te plaît ... oh putain oui si bon si bon !!" Alors que Lucie lui léchait le cul et la chatte.

Lucie s'est arrêtée une minute et a dit "Ok, est-ce qu'on va jouer ici sur le sol ? Ou allons-nous aller au lit pour le faire ?"

Hélène a dit entre deux halètements d'air "Je m'en fiche, finis-moi juste ! Je suis si proche maintenant. Oh putain, je suis si proche d'un bon coup !"

Lucie s'est allongée sur le sol et Hélène s'est glissée sur elle et a commencé à manger la chatte de Lucie. J'ai regardé pendant une minute, puis je me suis levée et je suis descendue à la tête de Lucie où la chatte de Hélène se faisait claquer sur le visage de Lucie et je me suis mise sur le ventre et je me suis glissée tout près. Je me suis appuyée sur mes coudes et j'ai écarté les joues des fesses d'Hélène et j'ai glissé ma langue dans la fente jusqu'à son petit trou brun et je l'ai poussée fort contre son trou. Elle a crié "YES !!!! Oh putain OUI !!!"

Hélène a alors commencé à écraser sa chatte sur le visage de Lucie et à gémir, presque à hurler, dans la chatte de Lucie.

"CUMMING .....CUMMMMMING....Ooohhhhhhh yyesssssss !!" Et puis j'ai vu les fluides couler sur le visage de Lucie. J'ai encore remué ma langue et je me suis relevée pour que Lucie puisse respirer. Hélène s'est simplement roulée sur le côté sur le sol. Ses yeux étaient fermés, sa bouche s'ouvrait un peu en un sourire, sa respiration était rapide et lourde.

Lucie a ri et a demandé à Hélène, "Qu'est-ce qu'il y a chérie, tu n'as jamais été en double équipe avant ?".

Hélène a levé les yeux vers elle et a dit, "Oh mon dieu non, mais c'était la sensation la plus géniale que j'ai jamais eue. Deux langues sur mon sexe, c'était juste trop, putain !"

"Eh bien, je peux le croire ! Tu m'as presque noyé avec ton jus, chérie ! Je n'ai jamais vu une fille couler comme ça avant ! Est-ce que tu coules comme ça quand tu as une bite en toi ?"

"Je ne pense pas ! WOW ! C'était une première à bien des égards ! Jeremy, je dois te donner tout ce que tu veux ce soir pour nous avoir donné l'occasion d'être ensemble. Alors tout ce que tu veux, tu l'auras, chéri ! Et au fait, tu as une belle bite chéri, et je vais la sucer avant de partir d'ici !".

"Eh bien, je suis vraiment chaude, excitée et humide et j'ai besoin d'abus ! Quelqu'un veut m'aider ?" demande Lucie.

"Eh bien, puisque nous avons fait une double équipe avec Hélène, que dirais-tu si Hélène et moi te faisions une double équipe ? Est-ce que tu aimerais ça bébé ?" J'ai demandé.

Lucie a répondu : "Eh bien, j'aimerais vraiment sentir cette magnifique queue en moi en premier, chérie. Est-ce que ça te dérange Hélène ?"

"Eh bien, Jeremy, si tu la baises en levrette, je me mettrai sous elle et je mangerai sa douce chatte et son clitoris pendant que tu la fouetteras !" dit Hélène.

"Oh mon dieu OUI fais ça... oh putain oui s'il te plaît !" dit Lucie en se mettant à quatre pattes.

Bien sûr, Hélène s'est glissée sous elle et elles ont commencé à se lécher mutuellement. Je me suis mis derrière Lucie et j'ai placé le bout de ma bite à l'entrée de sa merveilleuse chatte humide et je l'ai enfoncée, fort ! En une seule poussée, j'étais complètement dedans ! "Bon sang Jeremy ! .... Mais baise-moi bébé ! Baise-moi fort et profondément !"

De temps en temps, je sentais la langue d'Hélène glisser sur mes couilles pendant qu'elle léchait la chatte de Lucie. C'était si bon, d'avoir ma queue enfouie dans une chatte chaude et serrée, puis de sentir une langue glisser sur mes couilles.

La seule chose que j'ai contre la position du chien, c'est que tu ne peux pas manipuler qu'un seul sein à la fois ! Si un homme pouvait avoir un sein dans chaque main tout en maintenant son rythme en baisant une chatte chaude, je ne crois pas qu'il pourrait durer très longtemps. Mais dans l'état actuel des choses, un seul sein devra suffire.

Il ne nous a pas fallu longtemps pour amener Lucie à l'orgasme. Elle a crié, elle a maudit, elle a tremblé, elle a supplié et elle a gémi, mais elle n'a jamais cessé de bouger.

Dès que son orgasme a été terminé, du mieux que je pouvais, j'ai retiré ma queue d'elle et je me suis baissé pour commencer à lui lécher le cul comme je l'avais fait à Hélène. J'ai utilisé mes pouces pour écarter ses joues et mes doigts s'accrochaient à ses hanches, juste au niveau de la courbure de ses jambes. Dès que ma langue a poussé contre son mignon petit trou du cul, elle a crié directement dans la chatte d'Hélène. En quelques secondes, elle a connu un autre orgasme. J'adore quand elles peuvent faire ça !!! Elle s'est détachée de la chatte d'Hélène et haletait ou avait des haut-le-cœur pour respirer. Pendant un instant, j'ai cru qu'elle respirait enfin normalement et j'ai commencé à me moquer d'elle.

"Quoi ?" Elle a demandé, en me regardant fixement.

"Toi, bébé ! Ton orgasme !" J'ai dit, en riant toujours.

"Ce n'était pas drôle ! Je m'étouffais ! J'avais la bouche pleine de chatte et de jus et j'ai haleté et aspiré tout ça dans ma gorge ! Je ne pouvais pas respirer !"

"Ahhhhhh mais n'était-ce pas un super sperme ?"

Elle a souri et a dit : "Va te faire foutre Jeremy ! Tu auras le tien avant la fin de la nuit !"

"Eh bien, c'est mon tour sur ta queue maintenant Jeremy ? Je la prendrai de la façon dont tu veux me la donner. Mais donne-la-moi bien. Lucie, peux-tu s'il te plaît juste abuser de mes seins pendant qu'il me baise bêtement ? Oh mon Dieu, je n'ai jamais rêvé que j'aurais autant de plaisir dans ma vie. Et avec deux inconnus presque totaux en plus !".

"Eh bien, je vais m'allonger ici sur le dos Hélène, et tu peux t'asseoir sur ma queue et faire ce que tu veux avec." J'ai dit, en lui souriant. "Fais-la juste jouir !"

Je me suis allongé sur le dos, ma queue était dure depuis si longtemps maintenant qu'elle me faisait mal. Hélène s'est mise à cheval sur mon corps et s'est mise à genoux. Elle s'est penchée et a aspiré la tête de ma queue dans sa bouche et l'a léchée plusieurs fois, puis elle s'est redressée et s'est légèrement déplacée vers l'arrière sur ma queue que Lucie guidait dans sa chatte humide. Hélène s'est appuyée dessus et a gémi "Oh mon dieu Jeremy ... Lucie, ... je n'ai jamais eu une bite aussi bonne en moi ! Oh putain c'est bon ! Oh merde je ne pourrai pas tenir longtemps aussi bon que ça se sent."

Lucie s'est tenue derrière Hélène et a tendu la main par-dessus ses épaules pour attraper ses deux seins et a commencé à les masser, les presser, les tirer, les pincer et tout ce qu'elle pouvait imaginer. Hélène ne faisait que gémir et gémir et me chevauchait plus fort. J'avais les deux mains sur ses hanches et mes doigts s'enfonçaient. Hélène avait un bon aperçu du sexe un peu brutal, mais elle semblait l'aimer d'autant plus.

Après quelques minutes de cela, Hélène devenait plus bruyante et son rythme avait disparu, elle était saccadée et sa tête oscillait d'un côté à l'autre. Lucie s'est mise devant elle, a attrapé sa tête et l'a attirée dans son entrejambe. Lucie a poussé sa chatte en avant dans le visage d'Hélène. Les deux ont crié et ont joui ensemble. Hélène a poussé si fort sur ma queue que cela m'a finalement fait basculer et j'ai rempli sa chatte de mon sperme.

Hélène avait maintenant du sperme de fille qui coulait sur son menton et du sperme d'homme qui sortait de sa chatte. Elle s'est mise sur le côté et est restée allongée pendant quelques minutes. Lucie a continué à jouer légèrement avec ses seins. Puis elle s'est penchée et a pris ma queue ramollie et l'a léchée proprement.

Enfin, j'ai trouvé la force de dire "Quelqu'un est fatigué et veut aller dormir ? Parce que je suis fouettée !"

Lucie a dit "Chérie, cela te dérangerait-il qu'elle et moi fassions encore un tour ensemble avant d'aller nous coucher ?".

"Vous deux m'avez épuisée." Je me suis penchée et j'ai embrassé ses lèvres pour lui souhaiter bonne nuit. Puis j'ai fait de même pour Hélène.

Hélène a ouvert les yeux et a dit : "Ça te dérange si je passe la nuit ici ? J'ai apporté quelques vêtements, juste au cas où."

"Bien sûr que non, ma chérie. Tu peux passer la nuit aussi souvent que tu veux !" J'ai dit en souriant.

D'autres récits sexy :