Récit Coquin Un mois pour un plan à trois

Je suis entré dans l'appartement et j'ai entendu des bruits de sexe inimitables provenant de la chambre de notre colocataire, Lucie. Il y avait des gémissements et des grognements forts, et le lit claquait rythmiquement contre le mur.

OK, je devrais commencer par le début.

Au début de ma relation avec ma copine, Laurie, nous avions un appartement à deux chambres en ville. La deuxième chambre était en grande partie inutilisée jusqu'à ce que Stacy, une amie de Laurie, mentionne que sa meilleure amie, Lucie, commençait ses études de droit à proximité et avait besoin d'un endroit où vivre.

Aucun de nous ne connaissait très bien Lucie. Je savais qu'elle était super sexy puisqu'elle avait été une athlète à l'université. Elle avait de longs cheveux bruns dorés et raides qui encadraient un superbe visage à la peau lisse et olivâtre. Elle aurait littéralement pu être un mannequin de défilé. Elle montrait rarement ses seins, au point que j'ai supposé qu'ils étaient petits, mais j'avais entendu quelques "conversations de filles" un jour et il s'est avéré qu'elle avait des bonnets D.

L'arrangement de vie avait été génial jusqu'à présent. Lucie s'est avérée être très amusante - elle est en fait devenue l'une de mes amies préférées de Laurie. Et disons que cela ne me dérangeait pas qu'elle se promène en serviette après la douche ; elle n'avait aucune réserve à se promener dans l'appartement avec ses épaules lisses et ses jambes incroyablement longues exposées. Je priais toujours pour que la serviette glisse juste une fois, mais cela n'arrivait jamais.

Quoi qu'il en soit, le jour en question, un mercredi, j'étais sorti du travail quelques heures plus tôt que d'habitude. Laurie et moi avions tous deux des emplois réguliers de 9 à 5, mais Lucie était à la maison la plupart du temps, généralement pour étudier.

Lorsque j'ai entendu les bruits de sexe, j'ai décidé de donner à Lucie - et à l'heureux élu, quel qu'il soit - un peu d'intimité. J'ai fermé la porte sans faire de bruit et j'ai posé ma mallette sur le comptoir, en me disant que j'allais juste faire quelques courses. Mais alors que je me retournais pour m'éloigner, quelque chose a attiré mon attention. C'était une pince à billets posée sur le comptoir - et le visage qui me fixait à travers la carte d'identité sur le dessus était John, le fiancé de Stacy.

Je me suis figé pendant une seconde, ne voulant inconsciemment pas faire le rapprochement entre deux. Mais c'était indubitable. Le type là-dedans qui baisait Lucie à fond - ses gémissements étaient de plus en plus forts - était le fiancé de sa meilleure amie.

Laurie ne le croira jamais. C'est la seule raison qui me vient à l'esprit pour expliquer ce que j'ai fait ensuite : J'ai ramassé la pince à billets de Joe, j'ai marché tranquillement jusqu'à la porte de Lucie et j'ai sorti mon iPhone. J'ai allumé l'appareil photo et l'ai réglé sur vidéo, j'ai appuyé sur le bouton d'enregistrement et j'ai brandi la carte d'identité de Joe à côté du panneau "Lucie" sur sa porte. J'ai continué à enregistrer pendant environ 20 secondes, et comme une horloge, vers la fin, Lucie a dit "Baise-moi plus fort" et John a répondu "Tu veux dire comme ça ? Tu aimes ça ?"

Satisfait, j'ai éteint la caméra et j'ai quitté l'appartement en silence. J'ai appelé Laurie dès que je suis descendue dans la rue, mais elle n'a pas décroché. C'était l'une des meilleures choses qui me soient arrivées.

J'ai commencé à envoyer un SMS à Laurie pour lui raconter ce dont j'avais été témoin, mais je me suis arrêté juste avant d'appuyer sur "envoyer". Y avait-il quelque chose de mieux à faire avec cette vidéo que de simplement la montrer à ma copine et de faire en sorte qu'elle le dise probablement à ses amies ? Ce serait des ragots juteux, mais si je pouvais prendre une autre voie ? Soudain, j'ai eu une idée.

Je me suis promené pendant environ une heure avant de rentrer chez moi. Je suis entré dans l'appartement vers 16 heures, toujours bien avant que Laurie ne rentre.

Lucie était assise sur le canapé, un surligneur à la main alors qu'elle lisait un livre géant. Elle a levé les yeux et m'a lancé un "Salut" désinvolte, mais j'étais presque sûre de sentir une certaine nervosité.

Je suis allé dans la salle de bain, j'ai pissé, je suis ressorti et j'ai pris une bière dans le frigo. Je me suis assis à côté de Lucie sur le canapé et j'ai allumé la télé.

Nous sommes restés toutes les deux silencieux pendant quelques minutes avant que Lucie ne prenne la parole. "J'ai vu ta mallette sur le comptoir", a-t-elle dit, son visage devenant légèrement rouge. "Es-tu passé ici pendant que j'étais dans ma chambre ?"

Quelle question tendancieuse ! J'ai souri.

"Oui, oui, je l'ai fait", ai-je dit en riant légèrement.

"Oh, mon Dieu", a dit Lucie, son visage étant maintenant rouge vif. "Je suppose que tu as entendu ... des choses. C'est tellement embarrassant. Je ne pensais pas que tu rentrerais avant plus tard."

"Oui", ai-je dit. "Mon patron nous a laissé partir un peu plus tôt aujourd'hui. ... Alors qui était-il ?"

"Oh, juste un gars de l'école de droit", a dit Lucie, pensant que j'essayais juste de l'embêter un peu.

J'ai fait une pause, me demandant si je voulais vraiment faire ça. En regardant les longues jambes parfaitement bronzées et lisses de Lucie sur la table basse, j'ai décidé que oui.

"Oh. Je ne savais pas que John était en école de droit", ai-je dit. C'était un coup de poignard.

Un regard effrayé s'est posé sur le beau visage de Lucie.

"Comment as-tu su ?" a-t-elle dit.

"Eh bien," ai-je dit, "j'ai reconnu sa voix, mais il y avait aussi sa carte d'identité posée sur le comptoir."

Sur ce, j'ai sorti mon téléphone et j'ai appelé la vidéo. Lucie a regardé, horrifiée.

"Tu ne peux pas montrer ça à Stacy", a-t-elle dit. "S'il te plaît, s'il te plaît. Stacy ne me parlerait plus jamais. Nous n'avons fait ça que quelques fois, et je te promets que je vais y mettre fin. Putain, pourquoi as-tu pris cette vidéo ? Je pensais que nous étions amis."

"Nous sommes amis", ai-je dit. "Et je n'ai pas pris cette vidéo pour la montrer à Stacy. Enfin, je l'ai en quelque sorte fait, mais j'espère que je n'aurai pas à le faire. J'espère que personne d'autre n'aura jamais à la voir."

J'ai laissé mes mots s'enfoncer. Après quelques secondes, Lucie a compris où je voulais en venir.

"Que veux-tu que je fasse ?" a-t-elle dit, ses épaules s'affaissant. "Ta lessive ? La vaisselle ? Nettoyer la salle de bain chaque fois que c'est ton tour ?".

Je pouvais voir qu'elle espérait que c'était tout ce que je voulais, mais qu'elle savait que ce serait plus que ça.

J'ai choisi mes mots avec soin.

"Lucie, tu es magnifique. N'importe quel gars avec une impulsion voudrait te baiser," ai-je dit. "Mais contrairement à John apparemment, j'aime Laurie."

J'ai vu le soulagement traverser son visage. Mais ça ne durerait pas longtemps.

"Donc ce que tu vas faire, c'est trouver un moyen d'amener ma petite amie à faire un plan à trois", ai-je dit. "Je me fiche de la façon dont tu le fais. Mais elle ne doit pas savoir que c'était mon idée. Tu fais en sorte que cela se produise dans un délai d'un mois et je supprime la vidéo à la fois de mon téléphone et du serveur cloud où je l'ai téléchargée."

Lucie avait l'air ennuyée maintenant.

"Et si je ne peux pas ?" a-t-elle dit. "Laurie est une putain de prude. Elle ne sera pas d'accord avec ça."

"Ce n'est pas mon problème", ai-je dit, me sentant un peu comme un con, mais ne reculant pas. "Si tu ne peux pas y arriver, alors dans un mois à partir d'aujourd'hui, je montrerai cette vidéo à Stacy."

Il n'y avait aucune chance que je fasse ça. L'une de mes plus grandes faiblesses est que je ne suis pas un assez gros connard. Si elle échouait dans ce que je lui avais dit de faire, alors je supprimerais probablement la vidéo et j'en resterais là. Mais ça valait le coup d'essayer.

"Tu es un connard", a dit Lucie.

Je lui ai souri tristement. "Lucie, comme je l'ai dit, je ne veux pas montrer la vidéo à Stacy", ai-je dit. "Essaie de t'amuser un peu avec ça."

"Peu importe", a-t-elle dit. Elle a regardé de nouveau son livre, mais je pouvais voir qu'elle n'étudiait pas. Nous ne nous sommes pas dit un mot le reste de la nuit.

*****

Le lendemain soir, je suis sortie boire un verre avec des amis après le travail. Quand je suis rentrée, Lucie et Laurie étaient assises sur le canapé et regardaient un film. Lucie avait mis "Wild Things" à la demande.

Je me suis mis à rire et lui ai lancé un regard qui disait "Vraiment ?". C'était vers la fin, ce qui était regrettable. J'avais manqué le moment où Denise Richards et Neve Campbell baisent Matt Dillon. J'aurais adoré entendre n'importe quelle ligne lisse que Lucie a trouvé pour essayer de préparer le terrain avec Laurie.

Bien sûr, plus tard cette nuit-là, quand nous étions au lit, Laurie a dit : "Si tu pouvais avoir un plan à trois, ce serait avec qui ?".

"Hmm," ai-je répondu. "Voyons voir ... Mila Kunis et Kristen Bell."

Cela m'a valu un violent coup de poing dans l'épaule. J'ai ri.

"OK, si je dois t'inclure -" un autre coup de poing alors que je continuais à rire - "Je suppose que je dirais toi et Kristen Bell," ai-je dit.

J'avais un faible pour les blondes. Et je savais qu'il valait mieux ne pas risquer de mentionner Lucie ou l'une des amies de Laurie, ce qui mènerait sûrement à "Oh, alors tu as un faible pour elle ?". En fait, on disait parfois à Laurie qu'elle ressemblait à Kristen Bell, alors j'espérais qu'elle le prendrait comme un compliment.

Comme elle ne répondait pas, j'ai dit : "Pourquoi cette question ?".

"Oh, nous regardions ce film tout à l'heure, et il y avait une scène de sexe à trois", a-t-elle dit. J'ai ri intérieurement de son ignorance du fait que tous les hommes de la planète connaissent cette scène.

"Lucie m'a demandé qui je choisirais si je devais avoir un plan à trois", a poursuivi Laurie. "C'était un peu bizarre, mais j'ai en quelque sorte ri et j'ai dit que je choisirais Denise Richards parce qu'elle semblait savoir ce qu'elle faisait."

"Est-ce que Lucie a dit qui elle choisirait ?" J'ai dit, en essayant de ne pas paraître trop anxieuse.

"Elle a dit Stacy et John", dit Laurie en riant. "Elle a dit que Stacy lui a dit que John en avait une grosse. Alors je lui ai dit que je parie que le tien est plus gros."

J'ai souri. Bien joué, Lucie.

Sur ce, Laurie a enfoncé sa main dans mon boxer et a commencé à caresser mon épaisse queue. Je me suis penché pour l'embrasser et quelques minutes plus tard, nous baisions. J'ai pensé à Lucie pendant tout ce temps.

*****

Nous n'avons pas beaucoup vu Lucie pendant le week-end, et les choses ont été plutôt occupées pour moi au travail la semaine suivante. J'avais pratiquement repoussé le "défi" au fond de mon esprit. Inconsciemment, je pense que je me suis dit qu'il n'y avait aucune chance que cela se produise et que je finirais par simplement effacer la vidéo.

Le vendredi soir suivant, il ne se passait pas grand-chose, alors nous avons tous les trois pris quelques verres au bar en bas de la rue.

C'était une soirée plutôt normale. Comme c'est généralement le cas lorsque nous prenons "quelques verres", les filles étaient un peu plus pompettes que moi, puisqu'elles buvaient du vin et moi de la bière.

Lorsque nous sommes rentrés à l'appartement, j'avais un bon bourdonnement et les filles étaient légèrement ivres, mais pas trop.

J'ai pris une bière et ouvert une bouteille de vin pour les filles pendant que Laurie se dirigeait vers la salle de bain. Lucie m'a regardée nerveusement et s'est mordue la lèvre mais n'a rien dit. Allait-elle tenter quelque chose ce soir ?

J'ai eu ma réponse quelques minutes plus tard. Alors que les filles buvaient du vin et riaient, Lucie m'a soudainement dit : "Alors, Ryan, Laurie dit que tu as une plus grosse bite que John."

"Lucie !" dit Laurie en lui donnant une tape sur l'épaule pour s'amuser.

"Je ne sais pas", ai-je dit, en jouant la carte du calme. "Comment sais-tu que la bite de John est grosse ?"

Lucie s'est figée. Heureusement, Laurie ne l'a pas vu.

"Stacy lui a dit, grosse andouille", a dit Laurie.

Lucie a hoché la tête, le soulagement envahissant son visage.

"Oui, Stacy a dit que celui de John fait 18cm et demi de long et qu'il est aussi épais qu'une grosse pile", a-t-elle dit.

"Celui de Ryan est plus gros", a dit Laurie, tombant sur le canapé en riant.

"Je ne te crois pas", a dit Lucie, en provoquant ma petite amie.

Laurie s'est redressée et a réfléchi un moment.

"Allez, baisse simplement ton pantalon et laisse-la voir à travers ton caleçon", a dit Laurie.

J'ai fait semblant d'hésiter puis j'ai obéi, déboutonnant mon jean et le descendant jusqu'à mes genoux.

"Ce n'est pas juste, cependant", ai-je dit. "Je ne suis pas à ... pleine force."

Laurie a immédiatement su de quoi je parlais. Ma bite flasque n'était pas impressionnante, c'est le moins qu'on puisse dire, à travers mon boxer. Je suis l'un de ces gars dont la bite grossit d'environ deux fois sa taille lorsque je bande.

"Putain. OK, on peut s'occuper de ça", a dit Laurie en bafouillant légèrement ses mots. Elle a tendu le bras et a attrapé ma queue à travers le boxer. J'ai immédiatement senti que je commençais à durcir. Alors que Laurie commençait à frotter ma queue, j'ai regardé Lucie. Mais ses yeux étaient fixés sur ma queue qui durcissait rapidement.

Après seulement 20 secondes environ, j'étais à pleine mâture. Laurie a déplacé ma queue sur le côté, la pressant contre ma jambe, et a tendu le boxer, au point que Lucie pouvait voir chaque veine de ma queue dure comme de la pierre.

"Tu penses toujours que celle de John est plus grosse ?" a dit Laurie, défiant Lucie.

Les yeux de Lucie étaient toujours fixés sur ma queue. "Non, j'admets que c'est épais. Et tu ne mentais pas en disant qu'elle était appétissante", a-t-elle dit.

Laurie a souri, satisfaite, et a tendu la main pour attraper ma queue à nouveau.

"Tu veux toujours faire un plan à trois avec Stacy et John ?" a-t-elle dit.

Lucie a souri. "OK. Non. Je vous choisirais tous les deux si je devais faire une nuit de sexe à trois. Mais je ne vais pas le faire. Tu aimerais bien", a-t-elle dit et elle s'est tournée pour aller se servir un autre verre de vin.

C'était peut-être un vœu pieux, mais j'aurais juré avoir vu un soupçon de déception dans l'expression de Laurie. Après quelques secondes, elle a dit : "Eh bien, de toute évidence, moi non plus."

Laurie a alors lâché ma queue et est allée dans la cuisine pour remplir son verre, elle aussi. Je suis resté là, sans bouger, jusqu'à ce que Lucie dise : "Hé, Ryan, tu vas ranger ce monstre ?".

Je suppose que oui, me suis-je dit. Je suppose qu'on y va doucement. Bon sang.

Cette nuit-là, personne n'a dit un autre mot sur les plans à trois ou sur ma queue. Nous avons fini par nous soûler, en nous amusant. Nous sommes allés nous coucher, et j'ai baisé Laurie jusqu'à ce que nous ayions un orgasme tous les deux. Encore une fois, j'ai pensé à Lucie.

*****

Le lendemain matin, j'ai décidé d'aider un peu Lucie avec une manœuvre risquée.

Le week-end, Laurie et moi nous amusions généralement le matin avant de sortir du lit, et ce samedi matin n'était pas différent. Après une courte séance de pelotage, j'ai embrassé un peu son cou et sa clavicule, puis j'ai passé un peu de temps sur ses tétons. Puis j'ai embrassé jusqu'à sa chatte, qui était déjà trempée.

Après l'avoir taquinée pendant une minute environ en respirant sur sa chatte mais en embrassant simplement l'intérieur de ses cuisses, j'ai finalement utilisé mes doigts pour écarter ses petites lèvres roses et j'ai léché lentement sur toute la longueur de sa chatte.

Laurie s'est tordue de plaisir pendant que je continuais à lécher, de haut en bas et de temps en temps en enfonçant ma langue aussi profondément que possible, mais sans toucher son clito.

Finalement, j'ai fait mon geste et j'ai à peine touché son bourgeon gonflé avec ma langue. Puis je me suis retiré.

En levant les yeux vers ma belle amie - qui m'a lancé un regard comme pour dire "Pourquoi t'es-tu arrêtée ?". - J'ai murmuré : "Je pense que Lucie aimerait que ce soit sa langue qui fasse ça".

C'était un risque. Laurie n'avait jamais montré de penchant lesbien. En fait, elle a toujours eu l'air dégoûtée par l'idée. Mon commentaire pouvait totalement tuer l'ambiance.

Mais ça n'a pas été le cas.

Laurie a ri doucement et a simplement dit "Tais-toi". Puis elle a fermé les yeux et a serré mon entrejambe avec ses jambes, m'incitant à ramener mon visage sur son pot de miel.

Mission accomplie. Qu'elle l'admette ou non, ma copine allait penser à sa meilleure amie pendant que je l'amenais à l'orgasme avec ma langue.

J'ai léché un peu plus ses lèvres intérieures, en tapant plusieurs fois sur son clitoris. Finalement, j'ai enfoncé un doigt dans son trou trempé et j'ai concentré ma langue entièrement sur son clito. J'ai enroulé mes lèvres autour et j'ai donné des coups de langue tout en le suçant, tout en la doigtant furieusement.

En moins d'une minute, Laurie me tirait les cheveux et gémissait d'extase en jouissant. J'ai gardé ma bouche sur son clito jusqu'à ce qu'elle ait fini, puis j'ai lâché prise et levé les yeux. Elle était étendue là, les yeux fermés, avec un sourire satisfait sur le visage.

En me levant et en me dirigeant vers la douche, le sourire sur mon visage était peut-être encore plus grand.

*****

Pour le reste de la semaine, j'ai décidé que la meilleure chose à faire était de m'assurer que Laurie savait à quel point je l'aimais. Lucie pouvait se charger de l'intéresser sexuellement à un plan à trois ; je voulais m'assurer qu'une fois qu'elle serait intéressée, elle serait émotionnellement d'accord. Je ne voulais pas qu'elle ait peur que j'aie un intérêt romantique pour Lucie.

Je lui ai dit que je l'aimais un peu plus que d'habitude, et nous avons baisé tous les soirs de la semaine. Je me suis assuré d'être très attentif à ses besoins.

Pourtant, Lucie avait une grande tâche devant elle.

*****

Le samedi matin suivant - deux semaines et demie après le début du défi de Lucie - je suis sorti pour faire quelques courses.

Plus tard, Laurie et moi avons pris un déjeuner tardif dans un petit café en plein air au coin de la rue. Alors que nous attendions notre repas, j'ai appris que Lucie avait fait monter les enchères.

"Alors, c'est une histoire drôle. Ce matin, quand tu es sortie," commence Laurie, "je suppose que Lucie a cru que j'étais sortie avec toi. J'étais encore au lit quand elle est entrée dans la douche, mais le bruit de l'eau m'a réveillée, alors je suis allée faire un pot de café."

J'aimais bien où cela allait.

"Bref, je suppose que Lucie avait acheté un nouveau rasoir et l'avait laissé dans sa chambre", a-t-elle poursuivi. "Et comme elle pensait qu'il n'y avait personne à la maison, elle n'a pas pris la peine de se couvrir avec une serviette lorsqu'elle est sortie de la douche et est allée chercher le rasoir. Elle est sortie de la salle de bain toute nue, dégoulinante d'eau. Elle m'a vue et je te jure que c'était comme cette scène dans 'Something's Gotta Give', quand Diane Keaton se fait surprendre nue et panique. Lucie a crié et a essayé de se couvrir, mais laisse-moi te dire qu'elle ne mentait pas à propos de ces bonnets D, et ces chiots n'allaient pas être couverts avec un seul bras !"

Laurie riait à présent. Si j'avais été à sa place, j'aurais probablement été trop hypnotisée par le corps nu de Lucie pour y voir de l'humour, mais Laurie en a pris plein la vue. Et alors que j'aurais parié ma couille gauche que Lucie avait fait exprès de faire le coup, Laurie n'en avait apparemment aucune idée.

"Que s'est-il passé ensuite", ai-je dit, en essayant de faire comme si je voulais juste entendre la suite de l'histoire drôle - et en essayant de ne pas baver.

Laurie, toujours en train de rire, a continué : "Elle est restée là quelques secondes à essayer de se couvrir et d'expliquer qu'elle pensait qu'il n'y avait personne à la maison, mais ensuite nous avons toutes les deux éclaté de rire, et elle a simplement couru dans sa chambre, attrapé son rasoir et est retournée dans la salle de bain. C'était vraiment hilarant."

"C'est drôle", ai-je dit, décidant d'en rester là.

Notre nourriture est arrivée assez rapidement après ça, et nous avons creusé dedans. J'ai pris un cheeseburger au bacon et Laurie a pris un wrap César au poulet.

Alors que nous terminions, Laurie m'a surprise.

"Tu sais, si je devais un jour devenir lesbienne, ce serait avec quelqu'un qui a un corps comme celui de Lucie", a-t-elle dit avec désinvolture.

"Whoa," ai-je dit en souriant. "Est-ce que j'ai des raisons de m'inquiéter ? Je devrais peut-être arrêter de vous laisser toutes les deux seules à la maison."

"Tais-toi", dit Laurie, embarrassée. "Tu sais ce que je veux dire. Je ne suis pas une lesbienne. Je disais juste que si jamais je devais ... expérimenter ... eh bien, je n'ai jamais été excité par une fille avant, mais Lucie est sacrément sexy."

"Eh bien, oui", ai-je dit. "C'est une belle nana."

"Non, Ry," dit Laurie. "Je te le dis, si tu avais pu la voir ... sa peau est juste impeccable, partout. Elle n'a aucune trace de bronzage. Et avec l'eau qui coule sur elle ... et ses fesses sont parfaites, ses seins sont parfaits ... Je suis jalouse d'elle. Tout être humain, gay ou hétéro, devrait admettre qu'elle est juste un parfait ... je ne sais pas."

"Spécimen ?" J'ai dit.

"C'est le mot que je cherchais", dit Laurie en tapant dans ses mains.

"Je t'ai eu", ai-je dit.

Nous sommes restés assis pendant environ une minute dans un silence gênant après cela, mais Laurie a ensuite parlé d'autre chose et l'incident avec Lucie a été oublié.

*****

La semaine suivante a été sans histoire. Enfin, quand il s'agissait de Lucie, du moins.

J'ai fait en sorte de donner à Laurie du sexe incroyable tous les soirs, en espérant que d'une manière ou d'une autre, cela la rende plus sensible si et quand Lucie a finalement fait sa démarche.

Laurie n'a plus mentionné l'incident de la douche. Mais chaque fois que nous faisions l'amour, je me demandais si elle pensait à Lucie. C'était certainement le cas.

*****

Le vendredi soir suivant - trois semaines et deux jours après le début du défi - Laurie, Lucie et moi sommes allées boire un verre au bar en bas de la rue. Nous faisions souvent cela le vendredi soir, car la plupart de nos amis ne faisaient la fête que le samedi soir.

Nous avons beaucoup bu et les filles ont un peu dansé. Puis nous sommes remontés à l'appartement pour l'après-match.

Nous nous sommes assis sur le canapé, Laurie entre Lucie et moi, et avons regardé la fin du film "10 Things I Hate About You" sur HBO pendant que les filles buvaient du vin et que je buvais d'autres bières. Nous étions tous ivres, mais pas prêts à nous évanouir.

Lucie avait la télécommande, et lorsque le film s'est terminé, elle a feuilleté le guide TV.

"Bon sang, il n'y a rien à voir", a-t-elle dit.

Puis elle s'est arrêtée sur l'une des autres chaînes premium que nous avions - Cinemax ou quelque chose comme ça. Il y avait un porno softcore en diffusion, et il y avait deux filles qui se pelotaient avec un gars. Je me suis demandé si Lucie avait prévu cela - après tout, c'est elle qui avait suggéré que nous quittions le bar un peu plus tôt que d'habitude, et elle avait tout de suite attrapé la télécommande quand nous sommes rentrés. Avait-elle vérifié les listings plus tôt ?

Nous avons regardé pendant quelques minutes en silence. Les filles étaient hypnotisées. J'ai essayé de ne pas sourire trop largement.

Si elle avait été sobre, Laurie aurait peut-être compris les intentions de Lucie et l'aurait engueulée pour ça. Mais cela faisait une semaine depuis l'incident de la douche, et encore plus longtemps depuis que Lucie avait abordé le sujet d'un plan à trois. Et Laurie était ivre - et excitée.

"J'ai besoin d'éteindre ça", a dit Lucie. "Ça me fait mouiller un peu."

"Moi aussi", a lâché Laurie, se couvrant la bouche quand elle a réalisé ce qu'elle avait dit.

Lucie a également feint la gêne. Et elle n'a pas changé de chaîne.

À ce moment-là, j'ai subtilement posé ma main sur le haut de la jambe de Laurie et j'ai lentement frotté. Je me suis assuré de frôler son entrejambe à chaque fois que je suis monté, et Laurie s'est tortillée plusieurs fois, me faisant savoir que mes gestes avaient le bon effet sur elle.

Lucie a jeté un coup d'œil vers le bas à un moment donné, puis a attiré mon regard en souriant. J'ai souri en retour. Ma petite amie n'a même pas remarqué qu'elle regardait la femme blonde à l'écran se faire baiser par derrière tout en enfouissant sa tête entre les jambes de l'autre femme.

Après quelques minutes de cela, Laurie a baissé les yeux sur ma main. Puis elle m'a regardé, et enfin Lucie.

"Tu sais", a-t-elle soufflé, "Je disais justement à Ryan la semaine dernière que si j'avais un jour un plan à trois, ce serait avec quelqu'un qui serait aussi beau que toi en sortant de la douche ce jour-là."

Lucie l'a regardée et a souri. Je pouvais à peine contenir mon excitation. C'était en train de se produire.

"Et tu as dit, il y a quelques mois, que tu nous choisirais si tu devais faire un plan à trois", a poursuivi Laurie. J'ai décidé d'excuser la perception déformée du temps de Laurie.

Lucie lui a lancé un sourire mauvais mais n'a rien dit.

"Alors ... devrions-nous ... peu importe, c'est stupide," dit Laurie en secouant la tête et en baissant les yeux.

Puis Lucie a pris le menton de Laurie dans sa main, s'est penchée et l'a embrassée.

Laurie a embrassé en retour furieusement et a frotté ses mains de haut en bas sur le corps de Lucie pendant que Lucie faisait de même. Toute l'énergie sexuelle refoulée - que Lucie avait méthodiquement semée - des deux dernières semaines est sortie. Je n'ai fait que regarder, émerveillée.

Je suis resté assis et j'ai regardé jusqu'à ce que, après une minute ou deux, Laurie, sans jamais rompre le baiser, attrape ma queue - qui était déjà dure comme de la pierre à force de les regarder - et tire doucement.

J'ai compris l'allusion, je me suis levé et je suis allé me placer devant les deux filles. Laurie a rompu leur baiser juste assez longtemps pour dire, à bout de souffle, "Sors ta queue".

J'ai obéi. J'ai dézippé mon jean et l'ai laissé tomber au sol, et n'ai hésité qu'une seconde avant de retirer mon boxer, lui aussi.

Ma queue s'est balancée librement, s'agitant fièrement à quelques centimètres du visage des filles alors qu'elles continuaient à s'embrasser.

Lucie m'a ensuite attrapé par les fesses et m'a tiré en avant jusqu'à ce que ma queue entre en contact avec leurs deux bouches. Étonnamment, les filles ne se sont même pas arrêtées. Elles ont juste continué à s'embrasser, car c'est devenu une sorte de baiser à trois avec leurs bouches et ma bite. Il semblait y avoir environ un gallon de salive.

Laurie a levé une main et a commencé à caresser ma queue pendant que les filles baignaient la tête de celle-ci avec leurs bouches. Puis Lucie a commencé à descendre lentement sa bouche le long de ma tige, plantant des baisers français de haut en bas de sa longueur, et Laurie a fait de même. J'étais au paradis.

Après deux ou trois minutes de cela, Lucie a pris la tête de ma queue dans sa bouche. Elle l'a gardé là un petit moment, en faisant simplement tournoyer sa langue autour.

Laurie s'est ensuite dirigée vers mes couilles et en a pris une dans sa bouche. Cela a permis à Lucie de commencer à prendre une plus grande partie de ma queue dans sa bouche. Elle a pris environ la moitié de ma bite avant de remonter puis de redescendre. Sa langue a continué à exercer sa magie sur le dessous de ma tige. Lorsque Laurie est passée à mon autre boule, Lucie a commencé à aller un peu plus profond. Elle n'a pas réussi à me faire une gorge profonde, mais elle a mis une bonne partie de ma queue dans sa bouche.

Elles ont continué comme ça pendant un moment : Lucie, à ma gauche, me faisant la fellation de ma vie, et Laurie, à ma droite, me suçant les couilles. J'étais dans une telle extase qu'il était difficile de garder les yeux ouverts, mais il était hors de question que je rate ce spectacle.

Après quelques minutes de plus, Lucie a quitté mes couilles. Elle a quitté le canapé et s'est agenouillée sur le sol. Puis elle a commencé à tirer sur le pantalon de Lucie.

Lucie n'a jamais cessé de sucer alors que Laurie a baissé son pantalon et son string d'un seul mouvement. Elle a ensuite écarté les jambes de Lucie et a lentement déplacé son visage vers la chatte chauve de Lucie.

Lucie, qui suçait maintenant furieusement ma queue, a levé sa jambe droite sur le canapé pour donner à Laurie un accès plus facile.

Je ne voulais pas arrêter de regarder notre magnifique colocataire me sucer, mais j'ai arraché mes yeux juste à temps pour voir Laurie sortir sa langue et lécher lentement la chatte d'une autre fille pour la première fois. Lucie a gémi autour de ma queue.

Enhardie, Laurie a commencé par des léchages plus longs et plus sensuels de haut en bas de la chatte de Lucie. Elle a fini par y mettre toute sa bouche, et la seule façon de savoir ce qu'elle faisait était les gémissements et les cris occasionnels que Lucie laissait échapper autour de mon gland pendant qu'elle l'aspirait.

Après quelques minutes supplémentaires, Lucie a retiré ma queue de ma bouche et l'a tenue dans sa main, regardant sa salive s'écouler. J'en ai profité pour baisser la main et tirer sur sa chemise. Elle a compris l'allusion et l'a enlevé, ainsi que son soutien-gorge, libérant ses glorieux seins.

Je n'ai pas pu résister. Je me suis penché et j'ai pris un téton dans ma bouche, faisant tournoyer ma langue autour et suçant fort. Puis je suis passée à l'autre téton et j'ai légèrement tracé autour avec ma langue avant de le sucer.

Lucie adorait que Laurie et moi la fassions jouir. Mais elle en voulait plus.

Elle a tiré les cheveux de Laurie et l'a arrachée de sa chatte. Le visage de ma copine était couvert de jus.

"Enlève tes vêtements", a chuchoté Lucie à Laurie.

Laurie a obéi, se déshabillant aussi vite que possible. J'en ai profité pour enlever ma chemise aussi.

Puis Lucie a dit à Laurie de se mettre sur le canapé, les pieds en l'air et les jambes écartées. Lucie, pendant ce temps, s'est mise à quatre pattes, son visage à quelques centimètres seulement de la chatte nue et trempée de ma copine.

Lucie a levé les yeux vers moi et a dit : "Qu'est-ce que tu attends ? Baise-moi."

Je n'ai pas eu besoin qu'on me le dise deux fois. Je me suis mis derrière elle, à genoux, et j'ai aligné ma queue avec son entrée. Pendant que je le faisais, Laurie a rejeté sa tête en arrière sur le canapé et a gémi, me faisant savoir que Lucie avait commencé à la dévorer.

Regarder le visage de ma copine pendant que la superbe brune s'en donnait à cœur joie entre ses cuisses était presque trop fort. J'ai commencé à frotter ma bite contre l'ouverture de Lucie, mais j'ai réalisé que ce n'était pas nécessaire, car ma bite était encore enduite de sa salive et elle était trempée d'avoir été dévorée par Laurie.

J'ai plongé ma queue en elle, jusqu'aux couilles lors de la première poussée. Lucie s'est levée un moment pour gémir, mais Laurie l'a attrapée par les cheveux et l'a forcée à retourner dans sa chatte.

J'ai repris le rythme et j'ai commencé à baiser vraiment fort Lucie. Mes couilles claquaient bruyamment contre son clito à chaque poussée, mais si je lui faisais mal, elle ne disait rien. Elle a juste continué à lécher le cunnie de Laurie, et à en juger par son apparence, elle faisait un excellent travail. Je ne voyais rien d'autre que la crinière dorée de Lucie entre les jambes de Laurie, mais j'entendais des bruits de slurp, et Laurie se tordait et gémissait.

À présent, j'avais les deux mains sur les joues de cul parfaites de Lucie. Alors que je la baisais sans pitié, je regardais son mignon petit trou du cul froncé, puis ma queue luisante qui entrait et sortait de ses lèvres roses. Je n'allais pas tenir beaucoup plus longtemps.

À peu près à ce moment-là, Laurie a commencé à gémir plus fort, et j'ai su qu'elle était sur le point de jouir.

"Ooooooh fuuuuuuuuck", a-t-elle gémi en tenant l'arrière de la tête de Lucie si fort que j'avais peur qu'elle suffoque.

C'était tout ce dont j'avais besoin. J'ai senti le sperme monter de mes couilles, et j'ai poussé une fois de plus, aussi profondément que possible, dans la chatte de Lucie.

J'ai déversé torrent après torrent en elle, lui donnant encore quelques mini-poussées pendant que je la remplissais. Laurie avait déjà libéré la tête de Lucie de sa prise, et Lucie a gémi pendant que je venais en elle.

Quand j'ai enfin eu fini, je ne voulais pas retirer ma queue de Lucie. Genre, jamais.

Mais je l'ai fait, finalement, et Lucie s'est levée et est retournée à sa place sur le canapé, les jambes écartées, se frottant furieusement la chatte. Elle ne semblait pas se soucier du sperme qui coulait au fond de son vagin.

Laurie n'a pas attendu longtemps pour se mettre à genoux devant Lucie.

"Fais sortir un peu de ce sperme de toi, puis je te finirai", a dit Laurie.

Elle a ensuite commencé à lécher le sperme, puis à sucer pour faire sortir le reste. Elle a levé les yeux vers moi un instant pour me montrer ce qu'elle avait accumulé dans sa bouche, puis elle a avalé.

Puis elle s'est remise à dévorer Lucie. Lucie, pendant ce temps, a attrapé ma queue et l'a mise dans sa bouche, nettoyant son jus tout en me regardant droit dans les yeux.

Finalement, elle a retiré sa bouche de ma queue, a arqué son dos et a penché sa tête en arrière sur le canapé pour profiter du plaisir que lui procurait la langue de Laurie.

À présent, Laurie suçait le clitoris de Lucie. Lucie respirait si fort que je pouvais voir son ventre bouger de haut en bas.

"Fuuuuuck, fuck, fuck, fuck, fuuuuuuuck", a dit Lucie, son corps se spasmant alors qu'elle jouissait.

Elle est restée assise une minute, hébétée, avant de lever les yeux vers ma queue encore dure.

"Tu peux recommencer ?" a demandé Lucie.

J'ai hoché la tête. "Allonge-toi sur le sol", lui ai-je dit. "Laurie, mets-toi sur elle et fais un 69."

Les filles ont fait ce qu'on leur a dit. Laurie a plongé dans la chatte de Lucie, et Lucie a levé la tête pour sucer celle de Laurie.

Je me suis mis à genoux, aligné derrière ma copine, et j'ai plongé ma queue dans son trou trempé. Je pouvais entendre Laurie gémir dans la chatte de Lucie.

Lucie n'a pas hésité une seconde. Alors que je commençais à labourer ma copine par derrière, je pouvais sentir mes couilles frapper Lucie au visage à plusieurs reprises. Lucie a essayé plusieurs fois de lécher mon manche pendant qu'il entrait et sortait de ma copine, mais elle a fini par abandonner et s'est concentrée sur le clito de Laurie.

Apparemment, Lucie faisait du bon travail, car il n'a pas fallu longtemps à Laurie pour jouir à nouveau. Elle a commencé à gémir dans la chatte de Lucie, et comme je sentais son orgasme monter, j'ai commencé à la baiser très fort, comme je savais qu'elle aimait ça.

Finalement, Laurie a redescendu et nous nous sommes séparés tous les trois, la laissant s'effondrer sur le sol.

Pendant que Laurie récupérait, j'ai attiré Lucie sur le canapé avec moi. Je me suis assis et j'ai positionné Lucie sur mes genoux, face à moi, et elle s'est abaissée sur ma queue. Elle est restée assise pendant une minute, savourant la sensation de ma bite tout entière en elle.

"Oh, putain," a-t-elle chuchoté. "Tu me remplis, comme à la perfection."

"Ta chatte est incroyable", ai-je répondu en tendant la main pour pétrir ses incroyables seins.

Alors que Lucie commençait à monter et descendre lentement sur mon arbre, j'ai regardé autour de son corps vers ma copine sur le sol.

Attrapant le regard de Laurie, j'ai dit : "Quand tu veux, sa chatte n'attend que d'être léchée."

Laurie m'a fait un sourire coquin et s'est mise à ramper pour commencer.

La première chose que j'ai sentie, c'est la langue de Laurie sur le dessous de mon manche pendant que Lucie rebondissait dessus. C'était d'un autre monde.

Pendant les quelques minutes qui ont suivi, Lucie s'est contentée de grincer sur ma queue, presque comme si elle faisait une lap dance, et Laurie a léché ma queue et la chatte de Lucie. J'ai essayé de voir, mais je n'y arrivais pas, alors je me suis contenté de la vue des cheveux bruns dorés de Lucie directement devant moi, et de son cul parfait pressé contre mon bassin. Je me suis penché en avant et j'ai planté de longs baisers dans le cou de Lucie, et elle a tendu le bras en arrière et frotté sa main dans mes cheveux.

Puis Lucie a déplacé ses deux mains vers la tête de Laurie, la poussant doucement contre sa chatte.

"Oh, putain, suce mon clito", a gémi Lucie.

Alors que Laurie se concentrait entièrement sur le bourgeon gonflé de Lucie, j'ai un peu pincé les tétons de Lucie. Elle a couiné et gloussé un peu.

"Plus fort", a-t-elle soufflé.

J'ai pincé plus fort et elle a gémi. Puis j'ai recommencé à palper ses seins entiers, à les pétrir, et j'ai commencé à faire entrer et sortir ma queue de sa chatte, la baisant par en dessous.

Finalement, Lucie a déplacé ses mains vers le canapé et a commencé à vraiment chevaucher ma queue, rebondissant de haut en bas pour répondre à chacune de mes poussées, tandis que Laurie continuait à lécher furieusement son clito.

Lucie a soudainement penché sa tête en arrière et j'ai dû déplacer rapidement ma propre tête pour éviter d'être frappé au nez.

Son corps a commencé à frémir. J'ai senti sa chatte se resserrer autour de ma queue, et cela m'a fait bondir. Alors que Lucie hurlait de plaisir, j'ai libéré un torrent de sperme chaud en elle. J'ai continué à pousser même quand elle a ralenti, continuant jusqu'à ce que j'aie fini.

Lorsque ma queue s'est libérée, Lucie, épuisée, s'est retournée pour me donner un baiser profond. Pendant que nous nous embrassions, je pouvais sentir Laurie nettoyer ma queue avec sa bouche.

Puis Laurie s'est dirigée vers la chatte encore étalée de Lucie et a aspiré tout mon sperme qui s'écoulait d'elle, pour la deuxième fois de la nuit. Elle s'est ensuite levée et a éloigné le visage de Lucie du mien, et elles ont partagé un baiser pendant que Laurie déposait mon sperme dans la bouche de Lucie. Une partie a coulé sur le menton de Lucie et sur son sein droit, se déposant juste autour de son mamelon.

Finalement, les filles se sont séparées, à contrecœur, et Laurie s'est installée sur le canapé à côté de nous.

Lucie, toujours assise sur mes genoux, a pris une grande inspiration et s'est levée. Sans un mot, elle est allée dans sa chambre et a fermé la porte.

J'ai pris Laurie par la main et nous avons marché jusqu'à notre chambre. Nous avons baisé une dernière fois cette nuit-là mais nous ne nous sommes pas dit un mot de plus avant de nous évanouir en nous faisant des câlins.

*****

Le lendemain matin, Laurie a quitté l'appartement tôt. Je ne sais pas si elle était gênée par ce qui s'était passé ou si elle avait vraiment des choses à faire.

Quand je suis entrée dans la cuisine, Lucie était assise à la table en robe de chambre, en train de manger un bagel. Elle a levé les yeux vers moi et a souri.

"Je n'allais jamais montrer cette vidéo à Stacy", ai-je dit.

Elle a souri.

"Je sais", a-t-elle répondu.

D'autres récits sexy :